L'IEPSCF de Fléron devient l'EAFC Fléron-Charlemagne

Riche d’une expérience de 40 ans dans l’enseignement des adultes, notre établissement poursuit plusieurs objectifs tous centrés sur l’épanouissement optimal de nos étudiants adultes, quels que soient leur niveau de formation, leur parcours professionnel et personnel ainsi que leur âge.

Nos étudiants adultes peuvent:

1. Entrer dans n’importe quelle section et dans n’importe quelle formation sans être titulaires d’un diplôme moyennant la réussite de tests d’admission en français et en mathématiques ciblés en fonction du métier choisi et du niveau de prérequis relevé dans le dossier pédagogique (niveau CEB – Ce2D – CESI – CESS – ESTC)

2. Valoriser leur passé scolaire et professionnel et se voir ainsi dispensés du suivi de certaines matières.

Une équipe pluridisciplinaire composée d’enseignants pourvus des titres pédagogiques requis et d’experts issus du milieu professionnel dispense un enseignement exclusivement centré sur le métier et adapté aux adultes. Notre établissement ne dispense à ses étudiants adultes que des formations utiles et indispensables en fonction du métier choisi et/ou des objectifs personnels poursuivis. Notre enseignement permet ainsi à des adultes de s’épanouir dans une ambiance conviviale fondée sur l’échange et le respect mutuel, dans le respect des valeurs essentielles du réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement (lien vers la charte qualité – valeurs WBE .pdf) Compte tenu du petit volume de nos groupes d’étudiants, nos enseignants et experts se montrent particulièrement attentifs à leurs étudiants adultes et leur conseillent les éventuelles remédiations afin d’atteindre leurs objectifs.

Découvrez notre plan stratégique

Découvrez ce qui nous motive

L'enseignement de Promotion sociale (EPS)

L’EPS compte 163 établissements sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et accueille plus de 151 000 étudiants (121 000 environ relevant de l’enseignement secondaire et 30 000 de l’enseignement supérieur).

Les finalités de cet enseignement (article 7 du décret 16 avril 1991) sont de :

  • concourir à l’épanouissement individuel en promouvant une meilleure insertion
    professionnelle, sociale, scolaire et culturelle ;
  • répondre aux besoins et demandes en formation émanant des entreprises, des administrations, de l’enseignement et, d’une manière générale, des milieux socio-économiques et culturels.

Elles s’articulent autour de deux pôles: celui du développement des personnes et celui des besoins de la société.

Pour atteindre les finalités de l’enseignement de promotion sociale, les établissements organisent des sections à tous les niveaux des enseignements secondaire et supérieur.
Au travers d’une offre de formations, organisées d’une manière permanente ou occasionnelle, en journée ou en soirée, l’EPS s’inscrit dans une dynamique de formation tout au long de la vie pouvant permettre de cumuler études et emploi.

Dans le cadre des formations qu’il organise, l’EPS peut mettre en place des conventions avec différents partenaires publics ou privés.

Pour un public adulte

L’EPS  est au service de personnes de générations, de formations disciplinaires, d’expériences de vie ou professionnelles diverses qui souhaitent acquérir, développer, actualiser leurs compétences. Les formations de l’EPS répondent ainsi à des besoins individuels et collectifs d’initiation, de rattrapage, de qualification, de perfectionnement, de recyclage, de reconversion, de spécialisation et d’épanouissement personnel. 

Elles visent à la fois à :

  • faire acquérir les capacités liées aux niveaux de qualification correspondant à l’exercice d’un emploi, d’un métier ou d’une profession ;
  • faire acquérir les capacités permettant l’admission ou le maintien dans un processus de formation ou d’éducation.

 

C’est à partir de leurs compétences (formelles, non-formelles ou informelles) que l’apprentissage devra être construit en apportant, tantôt de nouvelles compétences spécifiques et transversales, tantôt des modifications dans les savoirs, savoir-faire et savoir-faire comportementaux.

Un système de formation modulaire

L’EPS organise les cours selon un système d’Unité d’Enseignement (UE).

Chaque UE de l’enseignement secondaire de promotion sociale est de transition ou de qualification suivant son contenu et ses objectifs particuliers :

  • UE de transition: prépare principalement à la poursuite des études, y compris au niveau de l’enseignement supérieur, tout en offrant la possibilité d’accéder à un niveau de qualification.
  • UE de qualification : permet à l’étudiant d’accéder à un niveau de qualification à la suite d’une épreuve, tout en offrant la possibilité de poursuivre des études, y compris dans l’enseignement supérieur.

Chaque section organisée par l’EPS comporte une ou plusieurs UE et, généralement, des stages et une épreuve intégrée. L’articulation entre ces différentes UE est déterminée par un processus de capitalisation représenté par l’organigramme de la section. Chacune de ces UE est sanctionnée par une attestation de réussite.

Pour obtenir le titre visé, l’étudiant doit capitaliser les attestations de réussite de chaque UE constitutive de la section et démontrer, au travers de l’épreuve intégrée, qu’il maîtrise, sous forme de synthèse, les acquis d’apprentissage visés tout au long du cursus.

Chaque établissement propose une organisation particulière des UE dans le respect de l’organigramme de la section. Les étudiants ont ainsi la possibilité de suivre le cursus proposé ou de personnaliser leur parcours en tenant compte de contraintes personnelles, professionnelles, familiales, etc. Dans ce cas, ils adaptent le rythme de leur formation en choisissant le nombre d’UE qu’ils veulent suivre, à la condition de respecter l’organigramme et la limite éventuelle de durée de validité des attestations de réussite.

Du profil professionnel au dossier pédagogique

Chaque section de l’enseignement de promotion sociale s’accompagne d’un dossier pédagogique (DP) et, pour les sections professionnalisantes, d’un profil professionnel. Ces dossiers et profils s’appuient, dans l’enseignement secondaire, sur les référentiels définis par le Service Francophone des Métiers et Qualification (SFMQ).

Dans l’enseignement supérieur, le programme des cours se fonde sur les référentiels de compétences définis par l’enseignement supérieur de plein exercice. Les profils professionnels sont élaborés par des groupes de travail comprenant notamment des experts du monde socio-économique.

Chaque profil professionnel décrit :

  • le champ d’activité, qui présente les différentes fonctions de la profession et, notamment, le lieu, le secteur, le niveau de responsabilité et les éventuels éléments de compétences et comportement associés,
  • les tâches, qui comprennent la liste des activités professionnelles principales au seuil d’embauche desquelles seront déduits, dans le programme du dossier pédagogique, les acquis d’apprentissage,
  • les débouchés, qui énumèrent les types d’employeurs et les secteurs d’activité liés au futur métier.

 

Le Conseil général de l’EPS approuve les profils proposés et charge ces mêmes groupes de travail d’élaborer les dossiers pédagogiques.

Les DP finalisés font l’objet d’une procédure d’approbation :

  • pour l’enseignement secondaire par le Gouvernement de la FWB après avis du SFMQ,
  • pour l’enseignement supérieur par le Parlement de la FWB sur avis de l’ARES

 

Ces DP constituent la référence pédagogique commune pour tout établissement organisé ou subventionné par la FWB qui souhaite mettre en place le cursus concerné.

Le DP d’une section présente :

  • les finalités générales et particulières de la section,
  • les unités constitutives de la section avec identification des UE déterminantes (Les UE déterminantes sont celles qui participent directement aux compétences évaluées lors de l’épreuve intégrée et qui seront prises en compte pour déterminer le pourcentage figurant sur le titre d’études) et des modalités de capitalisation de la section,
  • le titre délivré.

 

A ce dossier de section est associé, pour chaque UE constitutive de la section, un dossier pédagogique d’UE qui comprend :

  • les finalités générales (définies dans l’article 7 du décret du 16 avril 1991) et particulières de l’UE,
  • les capacités préalables requises (ensemble des capacités minimales dont l’étudiant doit faire preuve pour être admis dans l’UE),
  • les titres pouvant tenir lieu de capacités préalables requises,
  • l’horaire minimum de l’UE précisant:
    • l’intitulé des cours constitutifs de l’UE, leur classement et le nombre de périodes minimum affecté,
    • la part d’autonomie, nombre de périodes utilisées par l’établissement (en général 20% de la somme des périodes de cours de l’UE) pour rencontrer des approches ou des besoins spécifiques, adapter temporairement l’UE aux évolutions immédiates ou contribuer à couvrir le contenu minimum de l’UE,
  • le programme, liste des capacités (savoirs, savoir-faire et/ou savoir-faire comportementaux) à faire acquérir aux étudiants au départ des capacités préalables requises et en vue d’atteindre les acquis d’apprentissage,
  • les acquis d’apprentissage, savoirs, aptitudes et ensemble des compétences dont l’étudiant doit faire preuve pour atteindre le seuil de réussite en fin d’UE (le « degré de maîtrise », qui figure sur l’attestation de réussite de l’UE, détermine quant à lui, le
    niveau de maitrise des compétences acquises),
  • le profil du/des chargé(s) de cours : enseignant ou expert. Le premier est soumis aux règles statutaires propres au personnel enseignant, tandis que le second est engagé comme contractuel en raison d’une expérience ou de compétences particulières,
  • la constitution des groupes, les recommandations pratiques (par exemple, nombre d’étudiants par groupe ou par poste de travail, règles de sécurité, etc.) à suivre pour assurer le bon déroulement des cours.

 

La constitution d’une section sous forme d’un ensemble de DP communs à tous les réseaux offre plusieurs avantages :

  • l’existence d’un référentiel commun à tous les établissements qui organisent le cursus,
  • l’intégration de l’ensemble des compétences déterminées dans le profil professionnel,
  • une structuration des liens de hiérarchisation entre UE représentés au travers de l’organigramme de la section et transcrits dans les capacités préalables requises de certaines UE,
  • l’opportunité, pour l’établissement, de planifier l’organisation des UE selon la logique d’apprentissage qui lui semble la plus appropriée, dans le respect de l’organigramme et donc des capacités préalables requises,
  • une articulation cohérente des cours au sein d’une UE, permettant d’atteindre des acquis d’apprentissage transversaux,
  • la mobilité des étudiants entre établissements.

La valorisation des capacités acquises

Parce qu’il s’adresse essentiellement à des adultes porteurs d’expériences, de parcours de vie multiples, l’EPS tient compte des compétences acquises dans tout type d’enseignement, dans d’autres modes de formation et d’apprentissages non formels et informels, y compris des compétences issues de l’expérience professionnelle.

Cette reconnaissance des acquis :

  • porte sur l’admission ou la sanction d’une ou de plusieurs UE ;
  • peut conduire à la dispense de certains cours ou de certaines activités d’enseignement au sein d’une UE ;
  • peut être organisée, avec l’accompagnement d’un enseignant, sur base de l’activation d’un dossier pédagogique “Orientation/guidance: reconnaissance des capacités acquises” ;
  • est décidée par le Conseil des études ;
  • repose sur l’organisation modulaire de l’EPS et offre ainsi une souplesse dans la définition des parcours personnels d’études.

 

Pour procéder à la reconnaissance des acquis pour l’admission à une UE, le Conseil des études tient compte :

  • des titres d’études obtenus dans tout enseignement,
  • des titres de compétences délivrés par un centre de validation des compétences,
  • des documents délivrés par les centres ou organismes de formation reconnus,
  • des documents justifiant d’une expérience professionnelle.

 

Dans le cas d’absence de titres ou de documents, ou lorsque le Conseil des études juge les documents produits insuffisants, il procède à la vérification des capacités préalables requises par un test.

Dans le cadre de la reconnaissance des acquis pour la sanction des études, le Conseil des études prend en considération les mêmes éléments que pour l’admission.
Il vérifie que les contenus des documents produits et/ou des résultats d’épreuves présentées par l’étudiant couvrent les acquis d’apprentissage du dossier pédagogique de l’unité pour laquelle l’exemption est sollicitée. Dans certains cas, il peut ou doit vérifier par une épreuve les capacités de l’intéressé. Au terme de cette analyse, si toutes les capacités terminales de l’UE ne sont pas reconnues, le Conseil des études peut cependant dispenser l’étudiant de certaines activités d’enseignement dont il maîtrise les compétences.
Ce dispositif-ci ne concerne que des UE qui composent une section et strictement dans le contexte de la capitalisation des attestations de réussite en vue d’obtenir la certification de la section. Aucun titre n’est décerné à l’étudiant à l’issue des opérations liées à la reconnaissance de ses capacités acquises jusqu’à ce qu’il s’inscrive à l’épreuve intégrée de la section concernée.

Le conseil des études, organe de gestion pédagogique

Le Conseil des études, composé de la direction et des chargés de cours de l’UE, se réunit, par UE, pour assurer :

  • l’admission,
  • le suivi pédagogique,
  • la sanction des études.

Le Conseil des études admet l’étudiant dans l’enseignement de promotion sociale au niveau d’une UE. Outre des conditions d’âge, l’admission se fait sur base des capacités préalables requises ou des titres qui peuvent en tenir lieu tels que définis dans chaque dossier pédagogique.

Le Conseil des études assure le suivi pédagogique de l’étudiant pendant toute la durée de la formation. Il établit notamment les règles d’organisation pratique de la formation, fixe les modalités du déroulement des épreuves et précise les critères d’évaluation des acquis d’apprentissage. Le suivi pédagogique consiste aussi à détecter des difficultés éventuelles chez les étudiants et à mettre en place des remédiations.

Enfin, le Conseil des études sanctionne les études en délivrant l’attestation de réussite de chaque UE après avoir constaté, pour chaque étudiant, que tous les acquis d’apprentissage sont atteints.
Le titre ou le diplôme de la section est délivré aux étudiants qui ont obtenu les attestations de réussite de toutes les UE, y compris celle de l’épreuve intégrée, lorsqu’elle existe.

L’épreuve intégrée d’une section est présentée devant un jury composé de membres du Conseil des études et de membres extérieurs à l’établissement, issus de l’environnement socio-économique.

La gestion de la qualité dans l'EPS

En vue de favoriser l’intégration d’une démarche qualité dans tous les établissements d’enseignement de promotion sociale (secondaire et supérieur), l’EPS a élaboré un guide pour la gestion de la qualité (www.enseignement.be).
Sa diffusion et l’accompagnement des établissements dans son utilisation ont commencé fin 2009.

Ce guide est conçu comme un support pour ouvrir le dialogue entre les différentes parties prenantes à propos de l’évaluation et de l’amélioration continue des actions d’enseignement et de leurs aspects organisationnels. Il vise à l’ancrage d’une dynamique qualité qui intègre une pratique réflexive sur les forces, les faiblesses, les risques et les opportunités de l’établissement, en cohérence avec les
objectifs de chaque établissement.

Ce guide fait l’objet d’une démarche d’enrichissement et d’évaluation supervisée par le Conseil général.